Menu
Guinée : le CNTS confronté à la rareté de donneurs de sang

Guinée : le CNTS confronté à la rar…

Guinée : le CNTS confr...

Mamou : une crise de carburant frappe la ville depuis près de 24 heures

Mamou : une crise de carburant frap…

Mamou : une crise de c...

Politique-Boké : «Pour ne pas aggraver les tensions on a jugé nécessaire de s’abstenir de toutes manifestations…», le secrétaire fédéral de l’UFDG

Politique-Boké : «Pour ne pas aggra…

Politique-Boké : «Pour...

Yomou : tenue d’un atelier de présentation des résultats du PRC réalisé en Guinée et au Libéria

Yomou : tenue d’un atelier de prése…

Yomou : tenue d’un ate...

Labé : série d’ateliers préfectoraux d’amendement des textes juridiques du Conseil National des Jeunes de Guinée

Labé : série d’ateliers préfectorau…

Labé : série d’atelier...

‘’L’économie guinéenne a rebondi de l’impact négatif de l’épidémie d’Ebola : la croissance réelle est attendue à 6,7% en 2017’’ (FMI)

‘’L’économie guinéenne a rebondi de…

‘’L’économie guinéenne...

Prev Next
Suivez-Nous sur : www.agpguinee.com et www.agpguinee.org ***** AGP, c'est un réseau de 33 correspondants préfectoraux, 8 regionaux et 5 communaux pour vous fournir une information sûre et crédible ! AGP GUINEE, l'info au service de la Nation !
Forum de Davos : l’administratrice du PNUD, Helen Clark apporte son soutien à la Guinée et au président Alpha Condé

Forum de Davos : l’a…

Forum de Davos : l’administratrice du PNUD, H...

Dabola-Politique: Lancement officiel de la révision exceptionnelle des listes électorales dans la préfecture

Dabola-Politique: La…

Dabola-Politique: Lancement officiel de la révis...

N’zérékoré : le taux…

N’zérékoré : le taux de criminalité monte dans l...

Boffa : Une mission gouvernementale conduite par le premier ministre était dans la Préfecture pour la lutte contre Ebola

Boffa : Une mission …

Boffa : Une mission gouvernementale conduite ...

Ce qui devrait être… Featured

Ce qui devrait être…

 

Edito

 

 

 

     Ce qui devrait être…

 

 

 

Par Alpha Kabinet Doumbouya -DG-

 

Le chef de Quartier est le premier responsable sur qui repose le sort du citoyen, sa sécurité et sa quiétude.

 

Il est également, l’autorité morale et représentative du pouvoir public, sensé coordonner et orienter les préoccupations majeures de l’Etat à la base. Il veille en ce sens, sur le droit et le devoir du citoyen.

 

Dans cet exercice, la crédibilité doit être de mise en termes de compétences et de capacités à gérer les affaires de proximité.

 

Evidemment, le leadership en tant que critère, n’est pas une potion magique que l’on peut s’offrir au travers des arguments irrationnels, comme le droit d’ainesse, la descendance, la Co-naissance ou la succession.

 

La gestion de l’Etat se veut dynamique en amont et en aval et impose des préalables d’intégrité et de patriotisme.

 

 

 

De la manière est constitué, un appareil gouvernemental, devrait aussi être l’ossature d’un conseil de quartier.

 

Si le législateur y pensait comme tel, ce serait encore mieux pour l’avenir.

 

Une image décentralisée et déconcentrée du pouvoir qui, dans son application, permet de doter le commandement à la base d’importantes marges de manœuvres et de prérogatives.

 

Supposons par exemple, que le conseil de quartier avait l’opportunité d’attribution à chacun de ses démembrements d’une mission à caractère sectoriel, faisant du responsable de quartier une sorte de prolongement de la représentativité d’un secteur Ministériel, cela allait donner au Département de la Décentralisation, une certaine facilité de synergie d’actions de développement endogène.

 

Il allait ensuite jouir d’un statut de structure faitière de l’ensemble des Ministres que constitue le gouvernement et acquérir les capacités de régler les problèmes au cas par cas, selon les domaines appropriés.

 

De cette logique, s’impose le principe de ressources humaines qualifiées, susceptibles de trouver des solutions attendues par la population.

 

Là, on parle de la politique axée sur la croissance et l’amélioration des conditions de vie du citoyen.

 

L’implication du citoyen à la stratégie de promotion de sa situation sociale ne devrait pas être influencée par des facteurs politiques, mais plutôt centrée par des bases rationnelles de lutte contre la précarité.

 

Une telle approche conduit à la recherche de solutions efficaces au niveau de toutes les instances de commandement et de prise de décision : des quartiers aux communes, des villes aux préfectures,  et des régions à la Nation.

 

En éloignant le quartier de la politique, le citoyen allait être plus productif qu’attentiste de promesses.

 

back to top

Sections

Nouvelles Locales

Outils

A propos de nous

Suivez-nous