Menu
2017 en Guinée : Une année d’actions et de résultats pour le président Alpha Condé

2017 en Guinée : Une année d’action…

2017 en Guinée : Une anné...

Gueckédou : Revue à mi-parcours des activités de Plan Guinée dans la préfecture

Gueckédou : Revue à mi-parcours des…

Gueckédou : Revue à mi-pa...

Guinée : Bref séjour d’une mission du HCDH dans la préfecture de Faranah

Guinée : Bref séjour d’une mission …

Guinée : Bref séjour d’un...

Boké : «Nous avons besoin du soutien des populations pour améliorer le cadre des investissements…» (Ministre des Mines)

Boké : «Nous avons besoin du soutie…

Boké : «Nous avons besoin...

Guinée : La ministre de l’EEF à Labé pour présenter le bilan et les perspectives du gouvernement

Guinée : La ministre de l’EEF à Lab…

Guinée : La ministre de l...

Guinée : Le ministre de la Santé, parrain de Lélouma, en tournée de sensibilisation dans la préfecture

Guinée : Le ministre de la Santé, p…

Guinée : Le ministre de l...

Elections communales en République de Guinée : La campagne électorale débute vendredi, 19 janvier 2018

Elections communales en République …

Elections communales en R...

Guinée : Le président de la République attendu vendredi dans la préfecture de Kindia

Guinée : Le président de la Républi…

Guinée : Le président de ...

Prev Next
Suivez-Nous sur : www.agpguinee.com et www.agpguinee.org ***** AGP, c'est un réseau de 33 correspondants préfectoraux, 8 regionaux et 5 communaux pour vous fournir une information sûre et crédible ! AGP GUINEE, l'info au service de la Nation !
Politique-Côte d’Ivoire :Le contrôle du parti, l’unique problème qui divise le FPI (5ème vice-président FPI)

Politique-Côte d’Ivo…

Politique-Côte d’Ivoire :Le contrôle du parti, l’u...

Guinée/ La  dépigmentation : un phénomène récurent chez les jeunes filles de Conakry

Guinée/ La dépigmen…

Guinée/ La  dépigmentation : un phénomène récurent...

De l’arnaque et de la corruption dans les bus de la SOTRAGUI à Conakry : un enrichissement illicite des contrôleurs de tickets

De l’arnaque et de l…

De l’arnaque et de la corruption dans les bus de...

La gestion des ordures au marché de Matoto : un casse-tête pour les étalagistes

La gestion des ordur…

La gestion des ordures au marché de Matoto : u...

La Table ronde de Dakar émet des recommandations pour régler la question de l’emploi des diplômés Featured

La Table ronde de Dakar émet des recommandations pour régler la question de l’emploi des diplômés

La Table ronde de Dakar émet des recommandations pour régler la question de l’emploi des diplômés

Conakry, 09 fév (AGP)- La Table ronde des acteurs du monde universitaire et des chefs de file du secteur privé des Etats membres de la CEDEAO a pris fin tard, samedi, 07 février 2015, à Dakar, sur un certain nombre de recommandations dont la concrétisation devrait aider à régler la cruciale question de l’emploi des jeunes diplômés des Universités de la région, indique-t-on dans communiqué de presse de la Direction de la Communication de l’organisation sous-régionale en date du 08 février.

Occasion d’une réflexion approfondie de la part des participants, la rencontre visait surtout à favoriser la collaboration entre le secteur privé, les universités et autres institutions tertiaires, ainsi que les pouvoirs publics pour la mise en œuvre des meilleures initiatives axées sur le marché dans les institutions de formation de la CEDEAO.

Il a été recommandé, entre autres, l’adoption d’une feuille de route ainsi que la mise en place par la CEDEAO d’un comité pour le suivi des résultats de la table ronde de Dakar. Il s’agira aussi d’améliorer le système d’orientation et de revoir le modèle des systèmes éducatifs qui doivent s’orienter davantage sur le marché du travail.

En outre, l’insertion professionnelle devra désormais être le maître-mot des réformes des universités, tandis qu’il sera créé dans chaque institution de formation supérieure un bureau d’aide à l’insertion professionnelle afin de coordonner la mise en œuvre de cette nouvelle mission.

D’autres importantes recommandations ont été faites sur le nécessaire changement de paradigme, sur la certification des diplômes, titres et certificats dans le domaine de la formation professionnelle, ainsi que sur les formations additionnelles et supplémentaires, dites «requalifiantes», comme mesure préventive au chômage de longue durée ou au sous-emploi des diplômés.

A propos du partenariat public/privé, la réunion a recommandé que soient encouragées les activités d’élaboration conjointe de programmes de formation, de placement, de stage, d’apprentissage, mais aussi que soient mis en place des centres d’incubation au sein des universités avec le soutien des partenaires des secteurs public comme privé.

Sur l’orientation vers le marché de l’offre des universités, il s’agira de conduire à son terme l’étude régionale lancée sur les meilleures initiatives axées sur le marché entre le secteur privé et les universités et autres institutions tertiaires de la région et documenter les meilleures initiatives du secteur privé dans les structures d’enseignement supérieur.

L’innovation et la création de valeur ajoutée à travers l’université ainsi que le renforcement des capacités ont aussi fait l’objet de pertinentes recommandations de la part de la table ronde de Dakar, qui n’a pas manqué d’appeler les gouvernements des Etats de la CEDEAO à mettre en place des mécanismes destinés à financer les initiatives pour l’emploi des jeunes.

Pour sa part, la CEDEAO a été invitée à se rapprocher de ses institutions partenaires telles que le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) et l’Association des Universités Africaines (AUA) pour la recherche d’une cohérence des cadres de certification de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

L’organisation sous-régionale devra aussi veiller à la création de centres de formation dédiés à chaque branche et gérés par la branche, mais aussi faire en sorte de diffuser les résultats de la table ronde auprès des institutions d’enseignement supérieur et de formation professionnelle non représentées à Dakar.

Intitulée «Table ronde sur les meilleures initiatives axées sur le marché entre le secteur privé et les universités et institutions de formation professionnelle de la région», cette rencontre de trois jours avait été ouverte par le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne du Sénégal, Mame Mbaye Niang, en présence de la commissaire Affaires sociales et Genre de la CEDEAO, Dr Fatimata Dia Sow.

Outre les universités et le secteur privé des pays membres de la région ainsi que des directions et structures de la CEDEAO, les participants provenaient également d’agences du système des Nations unies comme le Bureau international du travail, l’Unesco et l’ONUDI, partenaires techniques et financiers habituels de la CEDEAO.

La problématique posée est que la région ouest-africaine ne manque pas d’universités et d’institutions tertiaires qui forment leurs étudiants et leur octroient des diplômes dans différents domaines et disciplines, faisant que chaque année des milliers de diplômés arrivent sur le marché du travail à la recherche d’emplois de plus en plus difficiles à trouver.

La raison en est que bien souvent, les qualifications ne sont pas en adéquation avec les besoins du marché. Même si les institutions ne sont pas à blâmer pour le fait que les diplômés ne répondent pas aux exigences spécifiques du marché du travail, il est maintenant nécessaire qu’elles apprennent à introduire des cours qui répondent aux demandes du marché du travail. 

Pour renforcer cet élan, le secteur privé et d’autres partenaires au développement doivent être mobilisés pour soutenir dans les universités et institutions tertiaires des cours et programmes axés sur les besoins des sociétés, des industries et du marché du travail, en général.

La CEDEAO, à travers son programme de formation technique et professionnelle TVET, fournit une orientation et une formation aux acteurs de l’éducation dans ses pays membres pour les aider à initier une revue des programmes en vue de prendre en compte les tendances émergentes du marché du travail et de veiller à ce que les diplômés aient des emplois après leur formation et soient outillés pour monter des entreprises ou travailler en indépendants. 
AGP/09/02/015 Cedeao/AGP

back to top

Sections

Nouvelles Locales

Outils

A propos de nous

Suivez-nous